Mon histoire est celle de ma mère Piret

 

Cet événement a eu lieu du 15 décembre 2020 au 10 septembre 2021.

 

La découverte

Ma mère a été admise à l’hôpital en décembre 2020 après avoir ressenti de fortes douleurs abdominales et dorsales et avoir été incapable de s’alimenter. Une tumeur a été découverte sur la queue de son pancréas et des tests supplémentaires ont été ordonnés pour janvier 2021. Elle a dû attendre plus d’un mois en raison du pic de Covid-19 en Estonie à l’époque. D’autres tests ont été nécessaires et elle a finalement reçu son véritable diagnostic en mars 2021 : un cancer du pancréas de stade 4.

 

C’est mon histoire

Je regarde en arrière et je suis si reconnaissante de ne pas avoir écouté ma mère quand elle m’a dit d’attendre pour aller la voir. Je suis si heureuse que nous ayons pu passer un bel été ensemble et qu’elle ait pu être la grand-mère de ma fille. Voyager pendant des périodes aussi stressantes que le covid est déjà difficile en soi, sans parler de raisons telles qu’un cancer du pancréas de stade 4 chez un proche. Je ne me serais pas pardonné si je n’y étais pas allé. Je suis triste de ne pas avoir pu être là pour elle quand elle est décédée, mais les trois mois que nous avons eus sont les moments les plus précieux que nous aurons toujours ensemble.

 

L’impact du temps

Je vis en Australie et je voulais aller en Estonie pour rendre visite à mes parents depuis un certain temps lorsque j’ai reçu la nouvelle du diagnostic de ma mère. Ma fille Rubi est née en 2019 et ma mère était venue lui rendre visite lorsqu’elle avait deux mois, mais le reste de ma famille ne l’avait pas du tout rencontrée.
Les frontières de l’Australie ont été fermées depuis le début de la pandémie et rien ne laisse présager leur réouverture prochaine. Je savais au fond de mon esprit que je devais aller la voir plus tôt que tard. Elle a insisté pour que nous attendions que la situation de Covid soit plus stable, mais je ne pouvais pas attendre plus longtemps, sachant que le temps est si limité. On n’a jamais donné à ma mère une estimation du temps qu’il lui restait.
J’ai donc demandé une dérogation pour quitter l’Australie avec ma fille de 21 mois, qui m’a été refusée la première fois – le diagnostic de ma mère n’était malheureusement pas une raison suffisante. Après avoir consulté mon médecin et obtenu une évaluation de la santé mentale, j’ai obtenu une exemption si nous partions pour un minimum de trois mois. C’est le cÅ“ur lourd que Rubi et moi avons laissé mon mari derrière nous et que nous nous sommes envolées pour l’Estonie au début du mois de mai 2021.
Ma mère avait refusé la chimiothérapie car elle voulait vivre une vie aussi normale que possible, aussi longtemps qu’il lui restait. Le premier mois en Estonie a été difficile car elle a souffert de grandes douleurs et n’a pas pu manger ou dormir correctement. Heureusement, elle a finalement commencé à recevoir des soins palliatifs et nous avons passé les plus beaux moments de l’été ensemble. Ma fille et mes parents ont noué une relation tellement formidable que j’ai su dès le départ que j’avais pris la bonne décision.

Alors que notre séjour en Estonie touchait à sa fin, nous avons rencontré de nombreuses difficultés pour rentrer en Australie, les plafonds de passagers entrants ayant été à nouveau réduits de moitié. Pendant un certain temps, il semblait que nous étions coincés là-bas pour au moins 6 mois de plus, mais après de nombreuses recherches et beaucoup d’argent dépensé pour de nouveaux billets, Rubi et moi sommes rentrés en Australie à la fin du mois d’août 2021.

C’était si difficile de dire au revoir à ma mère, car c’était peut-être la dernière fois que nous la voyions. Mais grâce à l’efficacité du traitement de la douleur, ma mère était de bonne humeur et très positive, parlant de venir nous rendre visite lorsque les restrictions frontalières seraient levées et même de reprendre le travail. Nous sommes arrivés en Australie le 17 août et avons été placés en quarantaine à l’hôtel, puis deux semaines de plus en quarantaine à la maison. Pendant ce temps, l’état de ma mère s’est très vite aggravé et elle s’est retrouvée à l’hôpital avec une hémorragie interne. Cinq jours après son admission, le 10 septembre 2021, elle est malheureusement décédée à l’âge de 57 ans. Elle a vécu pendant 6 mois depuis qu’elle a reçu son diagnostic.