Jessica

Mon histoire est celle de ma mère, Geraldine McLaughlin.

 

Cet événement a eu lieu du 26 novembre 2016 au 19 février 2017.

 

C’est mon histoire

Avant que ma mère ne soit diagnostiquée, je n’avais jamais entendu parler des symptômes du cancer du pancréas, de ses causes ou de la façon dont on peut être plus sensible à la maladie. C’est pourquoi je saisis toutes les occasions qui se présentent à moi pour sensibiliser les gens au cancer du pancréas. Plus les gens seront conscients des symptômes, plus ils pourront s’aider eux-mêmes ou aider leur entourage.

 

L’impact du temps

La valeur du temps lié au cancer du pancréas est énorme. Le cancer du pancréas peut progresser en si peu de temps, c’est pourquoi il est si important que les gens soient conscients des symptômes pour détecter cette maladie le plus tôt possible.

Ma vision du temps a considérablement changé à cause du cancer du pancréas. Ma mère a été opérée quelques semaines seulement après avoir été diagnostiquée ; malheureusement, son opération n’a pas abouti. Nous avions de l’espoir, et nous avons fait tout ce que nous pouvions pour qu’elle soit assez forte pour la chimiothérapie. Les semaines ont commencé à ressembler à des mois et ma mère était de plus en plus faible. Les médecins nous ont dit qu’elle était trop faible pour la chimio, la seule chose que nous pouvions faire maintenant était de la rendre aussi confortable que possible, le temps ne jouait pas en notre faveur. Je me demande souvent, “qu’est-ce qui aurait pu se passer si nous l’avions pris plus tôt ?”… Une détection plus précoce aurait pu changer complètement le cours des choses. Le temps est définitivement un cadeau, et c’est certainement une chose que je ne prendrai plus jamais pour acquise.