Mon histoire est celle de ma reine : Ma mère

 

Cet événement a eu lieu du 25 mars 2020 au 5 février 2021.

 

La découverte

On l’a découvert quand j’ai décidé de l’emmener aux urgences.

C’est mon histoire

Ma mère a commencé à avoir une douleur rare à l’estomac et au dos l’année dernière vers mars 2020. Elle allait chez son médecin à la clinique communautaire. Elle parlait au médecin de ses douleurs et de sa perte d’appétit, mais ils ne faisaient que lui envoyer des médicaments. Ils lui disaient ” essayez ce médicament “, ” peut-être que c’est ceci, peut-être que c’est cela “, ils ont même eu le culot de lui dire ” peut-être que c’est quelque chose de mental “.

Ma mère ne pouvait plus dormir la nuit… elle en était arrivée au point où elle ne pouvait plus supporter la douleur, alors elle prenait du Norco, du tylenol, de l’advil, de l’ibuprofène 400mg juste pour que ça puisse l’aider. Jusqu’à ce que les médicaments ne l’aident plus. Elle a commencé à perdre son appétit. Elle buvait du thé, mangeait du yaourt, mais rien.
Jusqu’au jour où son médecin traitant l’a envoyée passer une IRM. Le médecin du centre d’IRM m’a dit de l’emmener aux urgences. De ne pas faire attention à ce que son médecin traitant lui dit. De l’emmener directement à l’hôpital parce que ça ressemble à un cancer.
Même s’il a dit ça, j’ai appelé son médecin traitant pour l’informer de la situation. Il lui a dit “de ne pas faire attention à lui, qu’il ne savait pas de quoi il parlait, d’attendre 2 semaines pour son prochain rendez-vous avec lui.”

Je n’ai pas attendu. Je n’ai pas pu m’empêcher de voir ma mère souffrir horriblement. C’était dévastateur de voir mon meilleur ami, mon tout, souffrir de cette maladie indétectable.
Quand je l’ai emmenée aux urgences, elle y est restée un moment.
Le docteur m’a dit ce que c’était. On lui a diagnostiqué un cancer du pancréas de stade 4. Mon père et moi étions sous le choc absolu. Nous ne nous attendions pas à ce que ce soit le cancer. Lorsqu’elle nous a été confiée, elle était fragile, elle parlait à peine, ne mangeait pas et dormait beaucoup.
Son neurologue lui a envoyé tellement de médicaments que c’était incroyable la quantité qu’elle devait prendre. Quand elle prenait sa morphine, elle avait beaucoup d’hallucinations ! C’était effrayant. La nuit du 4 février 2021, elle était de retour. Elle était parfaite. Elle a commencé à parler comme si rien ne se passait. Elle a même dit qu’elle ne voulait plus prendre de médicaments parce qu’elle ne faisait que dormir et ne pouvait plus regarder ses émissions de télévision préférées.
Ce soir-là, elle a demandé à mon père s’il pouvait préparer le dîner pour nous trois afin que nous puissions manger ensemble et regarder la télévision. Je lui ai donné une douche, brossé ses cheveux, mis du parfum. Elle aimait sentir bon, haha.

Le 5 février 2021 à 10h50.
Je me suis réveillé et elle m’a reconnu, mon père lui a demandé “qui est-ce qui entre ?”. Elle a dit ” c’est mon bébé, c’est ma fille “. 11h00, elle a commencé à ressentir seule la douleur à nouveau, elle ne voulait pas prendre sa morphine comme le médecin l’avait recommandé pour la douleur. Quand elle l’a finalement pris, elle n’arrêtait pas de bouger sur le lit, elle avait vraiment froid, elle nous a dit qu'” elle allait mourir ” ….. Nous avons eu peur, nous ne savions pas quoi faire à part lui dire de s’allonger et de se détendre.
Quand on lui a dit ça, quand elle s’est allongée… elle a pris deux longues respirations… puis on ne pouvait plus la voir respirer.
Mon père l’a retournée et c’est tout. . Nous avons appelé le 911, ils sont venus, ils ont fait TOUT, TOUT, TOUT pour nous aider. …… ils nous ont dit qu’elle était partie.
Nous étions dévastés… nous avons senti nos vies s’effondrer en morceaux…

Tout au long de cette douleur, nous étions reconnaissants qu’elle ait pu passer ses derniers jours avec nous. Sa famille. Elle était entourée d’amour et de joie. Même si c’était difficile, nous avons fait de notre mieux pour garder le sourire et passer à travers.
On essayait de la faire rire, on la traitait comme si de rien n’était.

Ma reine était partie.
Maintenant, c’est juste mon père et moi qui traversons la vie. Toute la famille est en Colombie, donc ma mère était notre roc.

Le cancer du pancréas a un choc sur moi. C’est dangereux.

L’impact du temps

C’est arrivé si vite. Un jour, ma mère chantait et dansait, et en un clin d’œil… elle était allongée, dormant tout le temps à cause des douleurs à l’estomac et au dos qu’elle avait. C’était juste rapide.

Malheureusement, cela a été détecté tardivement. Lorsque je l’ai emmenée aux urgences, le médecin m’a appelé pour me dire qu’elle était déjà au stade 4 du cancer du pancréas. On ne connaissait pas les symptômes, on n’imaginait pas qu’une douleur à l’estomac pouvait être un cancer. Je l’ai emmenée à l’hôpital le 7 janvier 2021. Elle a passé les jours à l’hôpital seule à cause du covid. Nous ne pouvions pas lui rendre visite, alors c’était difficile pour nous. Nous avons eu la chance qu’elle sorte de l’hôpital et qu’elle passe ses deux dernières semaines avec nous. Elle l’a passé chez elle, avec sa famille, avec les gens qui l’aimaient/ l’aiment, dans son propre lit, sa propre maison.